Mélodie propre

Vert et bleu sont les touches au bord du monde sous le soleil du faîte de la terre ; vert d’arbre et bleu de lichen, d’eau et de ciel sont des vagues de photon au rivage d’une mer sans marée. La lumière est ici moussue. Au bout d’un monde s’ouvre un autre crépuscule qui fuit toujours, à l’aimant de la boussole : le Nord est orange quand l’heure est à la nuit, aucun rêve ne serait aussi ravissant.

La lumière a sa propre mélodie, une musique de chambre sans mur.

(Åland, fin juillet 2017).

 

> Septentrion, l’aimant de la boussole | Lumières&sons, sur tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s